FAUT-IL S’INQUIÉTER TOUT DE SUITE DU PIRE ?

Faut-il s’inquiéter tout de suite du pire ?

Le début d’année est plutôt brutal et les scenarii catastrophes font flores. Si nous pensons que l’année 2016 peut être très volatile, nous ne prévoyons pas de drame pour le moment. Notre argument central réside dans le cycle décennal – ou  « cycle des affaires ».

Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux Etats-Unis est publié pour la première fois en 1862, quelques années avant la publication du grand ouvrage sur la lutte des classes. L’auteur français, Clément Juglar, constate que « pendant quelques années, les matières premières suffisent à peine aux manufactures […] puis tout à coup les canaux paraissent remplis, il n’y a plus d’écoulement possible ».

Juglar constate surtout, en analysant « les comptes rendus officiels publiés par le gouvernement » que ces phénomènes sont cycliques : « on y trouve des périodes croissantes et décroissantes qui se succèdent avec la plus grande régularité ». Son travail, repris par Alvin Hansen ou Joseph Schumpeter permettra aux économistes de disposer d’un cycle durant entre 7 et 11 ans.

Ainsi, le taux de chômage aux USA suit une courbe cyclique assez limpide sur 30 ans avec des creux en 1989, 2000 et 2007.

taux chomage usa

Les spécialistes de l’économétrie ou de la finance quantitative ne se passionnent par pour cet aspect de la réalité économique. Les politiques non plus dans la mesure où cette répétition historique (le phénomène est visible ici sur plus de 20 ans mais se constate sur un sicèle) induit que l’action politique n’a pas franchement d’effet…

Il est impossible d’anticiper la durée d’un cycle donc de modéliser une stratégie systématique de gestion mais l’information peut être utile pour fixer un cadre de gestion. Par exemple, nous voyons, sur le taux de chômage aux USA, que :

-          Le dernier creux étant en 2007, le suivant devrait se produire entre 2014 et 2018

-          Que trois années environ séparent entre un creux et un sommet donc que le point haut du chômage américain devrait se produire entre 2017 et 2021

Ces observations se retrouvent dans les comportements des opérateurs financiers dans des situations de peur notamment. Le graphique suivant représente l’évolution de la volatilité implicite sur les actions allemandes depuis les années 1990. Cette donnée est issue du marché des options. Pour simplifier, il s’agit de la cherté relative de l’assurance. Si peu d’investisseurs veulent s’assurer au même moment, la donnée est basse ; à l’inverse, si un grand nombre d’investisseurs sollicite une couverture contre le risque, la volatilité implicite monte fortement.

volatilité Dax

Le graphique permet de bien visualiser d’une part que les grands pics de cette série de données se forment par paire et d’autre part que ces paires se distribuent autour des années en « 0 » :

-          Double pic en 1997-1998 puis 2001-2002

-          Double pic en 2008-2009 puis 2011-2012

A l’inverse les années qui séparent les paires montrent une hausse de la volatilité implicite moins exceptionnelle : 1992-1994 puis 2005-2006.

Il est donc probable que si 2016 est bien volatile comme nous l’escomptons, la correction sera plutôt brève et ne prendra pas la forme des crises boursières majeures comme la situation de l’Asie en 1997 ou plus récemment la crise des subprimes en 2008.

Conclusion d'investissement

En termes de gestion de portefeuille, cela signifie qu’au moment, comme ceux que nous traversons aujourd’hui, où le pire est à redouter, il est possible de prendre des décisions de contre tendance. Notamment, nous nous intéressons au pétrole et nous allouons une partie des portefeuilles actions sur secteur.

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire